Perspective - Mesure pour mesure : Évaluez le bilan carbone de votre entreprise à l’aide d’une méthode standardisée

Mesure pour mesure : Évaluez le bilan carbone de votre entreprise à l’aide d’une méthode standardisée

S'informer sur la méthode de mesures du rendement carbone de votre entreprise
REDD November 1, 2017
Perspective de recherche
Cliquez pour télécharger
Les gestionnaires peuvent appliquer une méthode standardisée pour évaluer le bilan carbone de leur entreprise. La méthode repose sur quatre mesures du rendement carbone de l’entreprise qui décrivent à la fois les effets matériels (intensité et dépendance) et financiers (exposition et risques) des flux de carbone dans le présent et le futur. Les gestionnaires peuvent utiliser la méthode proposée pour évaluer leurs stratégies et leurs efforts de réduction des émissions de carbone. Le présent cadre peut également être utilisé par les décideurs et les analystes financiers pour évaluer les politiques et les stratégies d’investissement des entreprises en la matière. 

Contexte

La réponse des entreprises aux changements climatiques est difficile à évaluer, principalement en raison de la difficulté de mesurer les émissions de carbone le long de la chaîne de valeur. Aujourd’hui, le Climate Footprint Calculator, la Global Reporting Initiative (GRI) et les ressources du World Business Council for Sustainable Development et du World Resources Institute permettent de mesurer les gaz à effet de serre (GES); cependant, aucun de ces outils n’offre d’indicateurs cohérents qui comprennent les intrants et les extrants de carbone issus directement et indirectement des activités des entreprises. Les auteurs du présent article décrivent une méthode visant à standardiser l’évaluation des indicateurs utilisés par l’entreprise pour effectuer son bilan carbone.

Faits saillants et conclusions

Un ensemble de quatre indicateurs est proposé. Ils permettent de mesurer les aspects matériels et financiers des émissions carbones dans le présent et au fil du temps :
  1. Intensité des émissions – établit un lien entre l’utilisation du carbone et le rendement de l’entreprise. Cette intensité est calculée en divisant la mesure du carbone utilisé par l’entreprise pendant une année par un élément de mesure financier (p. ex. le chiffre d’affaires) pendant la même période.
  2. Dépendance au carbone – variation de l’utilisation du carbone d’une entreprise (intensité) au cours d’une période donnée exprimée sous forme de pourcentage.
  3. Exposition au carbone – conséquences financières de l’utilisation du carbone pendant une période donnée. Établit un lien entre les coûts du carbone et un autre élément de mesure financier (p. ex. le chiffre d’affaires).
  4. Risque carbone – variation du rendement pécuniaire du carbone au cours d’une période donnée exprimée sous forme de pourcentage.
Les indicateurs matériels (intensité et dépendance) permettent de déterminer à quelles étapes de la chaîne de valeur les entreprises peuvent réduire leurs émissions de GES. Les indicateurs financiers (exposition et risque) donnent des indications sur les coûts du carbone et les risques sous-jacents aux activités commerciales d’une entreprise.

Implications pour les gestionnaires

Implications pour les chercheurs

Les auteurs proposent d’étendre les cadres actuels, soit les lignes directrices du GRI et le Carbon Disclosure Project, pour y ajouter les effets indirects. De futures recherches pourraient être entreprises pour faciliter la mesure des émissions carbones en intégrant leurs effets aux différentes étapes de la chaîne de valeur, mais, pour ce, il conviendrait d’abord de mieux comprendre les circonstances propres à chaque industrie.

Méthodologie

Afin de présenter une analyse conceptuelle des indicateurs du bilan carbone, les auteurs ont examiné les indicateurs et paramètres existants. Ils ont défini quatre indicateurs de performance et illustré leur mise en œuvre au moyen de deux exemples. Les auteurs se sont concentrés sur l’utilisation du carbone de type 1 et 2, qui comprend les intrants-extrants de carbone directs d’une entreprise ainsi que l’utilisation du carbone découlant des achats d’énergie. (Le type 3 renvoie à tous les autres activités génératrices d’émission nécessaire au fonctionnement de l’entreprise). Ils font remarquer que l’analyse du cycle de vie (ACV) demeure la méthode d’évaluation des effets des produits à l’échelle du cycle de vie la mieux adaptée.

Source

Hoffmann, Volker H., & Busch, Timo. (2008). Corporate Carbon Performance Indicators: Carbon Intensity, Dependency, Exposure and Risk. Journal of Industrial Ecology. 12(4), 505-520. 

Résumé par

Leo Wong et l'équipe du REDD