Les 10 résultats de recherche les plus populaires de l'année 2010

S'informer sur les perspectives de recherche les plus populaires sur le développement durable en 2010
REDD December 21, 2017
Que veulent savoir les leaders du développement durable?

Les Perspectives de recherche les plus consultées de l’année 2010

Voici une liste des dix meilleures recherches en matière de RSE que nos Rédacteurs spécialisés ont dénichées pour vous cette année. Issues des journaux les plus réputés, tels que l’Academy of Management et le Journal of Marketing, ces connaissances aideront les leaders les plus expérimentés à lancer leur programme de développement durable pour 2011.

1. Innovation + Développement durable = Profit.

Selon Xueming Luo (University of Texas) et C.B. Bhattacharya (European School of Management and Technology), les clients des entreprises innovatrices engagées dans des initiatives de RSE affichent des taux de satisfaction plus élevés que les autres. Et leur satisfaction porte fruit. Pour une entreprise dont la valeur de marché est d’environ 48 milliards de dollars, une augmentation modeste de son classement en matière de RSE lui procure des profits annuels supérieurs (à hauteur de 17 millions) à ceux des organisations peu impliquées dans le domaine de la RSE.

2. Réduisez l’épuisement professionnel, améliorez la performance.

Selon Adam Grant (Wharton Business School) et ses collègues, les initiatives altruistes renforcent l’engagement des employés vis-à-vis leur entreprise. Le fait de montrer aux employés comment leur travail profite à autrui permet à l’entreprise d’améliorer sa performance et de réduire l’épuisement professionnel. Pour ce faire, Grant suggère aux entreprises de mettre en place les activités suivantes : « Les gestionnaires peuvent inviter les employés à participer à des projets ayant un impact important, présenter les employés directement aux clients, aux consommateurs ou aux patients qui bénéficient de leur travail ou créer de nouvelles occasions pour les employés de participer à des activités de RSE et de bénévolat » [traduction]. Pour en savoir plus : Les activités de bénévolat des employés renforcent leur fidélité et Le sentiment d’être utile prévient l’épuisement professionnel (uniquement disponible en anglais : Feeling Helpful Prevents Burnout).

3. Faites la promotion de la RSE à l’interne pour motiver votre personnel.

Selon C.B. Bhattacharya (European School of Management and Technology) et ses collègues, seulement 37 % des employés sont au courant des activités de RSE menées par leur entreprise. Ne laissez pas votre personnel faire partie de cette majorité non informée! Impliquez les employés dans vos initiatives de RSE et élaborez des programmes qui répondent à leurs besoins en matière de développement personnel et de conciliation travail-vie privée.

4. Accordez la priorité à la qualité du produit d’abord, puis à la RSE.

Selon Pat Auger (Melbourne Business School), Tim Devinney (University of Technology, Sydney) et leurs collègues, les consommateurs se soucient des caractéristiques éthiques des produits – à condition qu’elles ne nuisent pas à leurs fonctionnalités. Les chercheurs ont constaté que, pour des produits de qualité égale, trois personnes sur cinq seraient prêtes à dépenser davantage pour se procurer un produit fabriqué de manière éthique.

5. Obtenez l’engagement de vos employés dès aujourd’hui pour réaliser vos projets demain.

Selon Todd Rogers (The Analyst Institute) et Max Bazerman (Harvard Business School), plus les activités de RSE sont planifiées pour une date éloignée dans le futur, plus les employés sont susceptibles de s’engager dans ces activités. Par conséquent, il est probablement plus facile d’obtenir des engagements internes à l’égard d’une stratégie à long terme que de trouver de l’argent pour un projet imminent.

6. Priorisez vos activités de RSE.

Selon Julian Marshall (University of Minnesota) et Mike Toffel (Harvard Business School), il existe quatre niveaux de développement durable, à l’image, sur le plan conceptuel, du modèle de la pyramide des besoins de Maslow. Le cadre proposé, qui place la survie de l’homme au niveau le plus élevé et les valeurs et les préférences esthétiques au niveau le plus bas, permet aux gestionnaires et aux décideurs de déterminer les activités de développement durable à mettre en place par ordre d’importance.

7. Comprendre comment la RSE influence le rendement financier.

Francesco Perrini (University of Bocconi) et ses collègues se sont penchés sur 30 ans de recherches pour extraire six catégories d’activité de RSE qui jouent un rôle sur les résultats financiers des entreprises. Ces catégories sont les suivantes : 1) l’organisation; 2) le consommateur; 3) la société; 4) l’environnement naturel; 5) l’innovation; 6) la gouvernance.

8. Réexaminez l’impact de votre réputation.

Selon Pascual Berrone (IESE Business School) et ses collègues, les entreprises familiales affichent de meilleurs résultats environnementaux que les autres. Pourquoi? En général, le gestionnaire d’une entreprise familiale possède une vision à long terme de la réussite de l’entreprise et accorde une grande importance à la réputation et à la reconnaissance, dans la mesure où sa réputation personnelle est étroitement liée à celle de l’entreprise. Selon Berrone, « si vous souhaitez améliorer votre performance environnementale – et votre réputation en la matière – vous ne pouvez pas traiter votre entreprise comme une machine à générer des profits seulement » [traduction].

9. Agissez adéquatement avec vos parties prenantes.

Selon Jaepil Choi (Singapore Management University) et Heli Wang (Hong Kong University of Science and Technology), les entreprises qui entretiennent des relations étroites avec leurs parties prenantes maintiennent d’excellents résultats économiques sur de longues périodes et se sortent rapidement des périodes plus difficiles. Pour cela, les entreprises doivent planifier. Si vous tentez de tisser des liens en période de difficulté financière, vous vous apercevrez qu’il est déjà trop tard.

10. Évaluez la performance carbone de votre entreprise à l’aide de mesures standardisées.

Volker Hoffman et Timo Busch (tous les deux de ETH Zurich) ont élaboré un cadre constitué de quatre mesures standards pour évaluer la performance carbone des activités de planification, de mise en œuvre et de reddition de comptes de votre entreprise : 1) risque; 2) exposition; 3) dépendance; 4) intensité. Ces indicateurs physiques et financiers peuvent aider les gestionnaires à évaluer de manière plus équilibrée la performance carbone relative des entreprises. Une mise à jour récente de ces travaux de recherche offre des mesures spécifiques à différents secteurs. Busch explique : « Des mesures standardisées de l’intensité des émissions de carbone peuvent, à la longue, favoriser la concurrence entre les entreprises d’une même industrie pour produire le moins d’émissions possible » [traduction].

Téléchargez le document ici.

 ressources additionnelles