Perspective - Les relations de proximité avec l’employeur sont nuisibles pour la santé

Les relations de proximité avec l’employeur sont nuisibles pour la santé

Découvrez les résultats en matière de santé et de sécurité dans les petites entreprises
REDD March 29, 2013

Comment une culture de confiance et d’autonomie dans les petites entreprises compromet la santé et la sécurité au travail

Il est généralement admis que les petites entreprises éprouvent des difficultés à assurer la santé et la sécurité de leurs employés en raison de leurs ressources limitées et d’un accès restreint à l’information. Or une nouvelle étude menée par des chercheurs danois suggère que les résultats en matière de santé et de sécurité dans les petites entreprises sont fortement influencés par les relations entre l’employeur et les employés. Peter Hasle et ses collègues du Centre national de recherche sur le milieu de travail du Danemark ont interviewé les propriétaires exploitants de 23 petites entreprises dans les domaines de la métallurgie et de la construction. Ces entrevues portaient sur les attitudes des propriétaires exploitants à l’égard de la conformité à la réglementation, leur connaissance de la réglementation, leur perception du risque et de leurs responsabilités ainsi que sur les incidents réels de blessures ou de préjudices subis par les employés.

Les patrons se soucient de la santé et de la sécurité… mais ne se conforment pas nécessairement à la réglementation

Les propriétaires exploitants ont affirmé se soucier de la santé et de la sécurité au travail et exprimé leur volonté de respecter les règles et les normes en vigueur. Cela dit, un grand nombre d’entre eux ont également décrété qu’ils jugeaient coûteux et importun de se conformer à la réglementation en matière de santé et de sécurité.

"Les employés sont responsables de leur propre sécurité"

À la question de savoir qui était responsable de la santé et de la sécurité des employés, seulement sept des 23 personnes interviewées (30 pour cent) ont répondu que cette responsabilité incombait essentiellement au propriétaire exploitant. Les autres avaient l’impression que la responsabilité en matière de santé et la sécurité des employés relevait principalement des employés ou des deux. Cette conclusion est significative car aux termes de la loi danoise, la responsabilité en matière de santé et de sécurité incombe essentiellement à l’employeur.

"Certains accidents sont inévitables" 

Bien que les secteurs de la métallurgie et de la construction comportent des risques relativement élevés, les propriétaires exploitants estimaient généralement que le risque était faible. Ils pensaient que les mesures de sécurité qu’ils avaient mises en place, conjuguées à des formations et aux précautions prises par leurs employés, assuraient un niveau de risque négligeable. Les propriétaires exploitants ont exprimé ce sentiment même lorsqu’ils décrivaient les blessures subies par leurs employés et avaient tendance à décrire ces blessures comme des accidents inévitables. Ils avaient également tendance à peu s’inquiéter des risques à long terme, tels que les effets des expositions à des substances toxiques. À la lumière des réponses de chacun des propriétaires exploitants, les chercheurs ont réparti les 23 entreprises dans les 4 catégories suivantes : 1. Les problèmes de sécurité sont ignorés

Selon les chercheurs, 4 entreprises (17 pour cent) Semblaient vouloir "éviter" les problèmes de sécurité. Ces entreprises semblent ignorer les préoccupations en matière de santé et de sécurité.

2. La sécurité est un mal nécessaire
3 entreprises (13 pour cent) considéraient la sécurité en milieu de travail comme un « mal nécessaire ». Leur principale motivation pour s’occuper des questions de santé et de sécurité consistait principalement à éviter les condamnations par les organismes de réglementation. Ces entreprises considèrent la conformité à la réglementation essentiellement comme un fardeau.

3. Les normes doivent être respectées
12 entreprises (52 pour cent) estimaient que « les normes doivent être respectées ». Ces entreprises souhaitaient se montrer responsables aux yeux des employés et des autres parties prenantes en respectant les règles et les normes. Cependant, la moitié seulement des propriétaires exploitants dans cette catégorie étaient d’avis que la responsabilité en matière de santé et de sécurité incombe essentiellement à l’employeur.

4. La sécurité comme stratégie d'entreprise
Seulement 2 des entreprises (9 pour cent) avaient instauré la sécurité au niveau de stratégie d’entreprise. Ces entreprises avaient adopté une approche proactive en matière de santé et de sécurité des employés, qu’elles considèrent comme un élément important de leur succès.* 

Autonomie accrue et respect dans les petites entreprises

Les relations de travail dans les grandes entreprises peuvent être distantes, transactionnelles ou axées sur le contrôle. En revanche, les relations de travail dans les petites entreprises sont souvent plus personnelles. Les employeurs et les employés se connaissent souvent mieux (et sont parfois membres d’une même famille) et travaillent étroitement ensemble. Du fait de ces liens étroits, les propriétaires exploitants de petites entreprises peuvent s’efforcer de paraître plus attentionnés et égalitaires. Ils peuvent également accorder davantage d’autonomie à leurs employés par respect pour leurs connaissances et leurs compétences.

Une culture d'autonomie et de respect nuit à la sécurité

Mais malheureusement, cette importance accordée à la confiance et à l’autonomie signifie que les gestionnaires se sentent moins responsables de la sécurité au travail. Les incidents en matière de santé et de sécurité se heurtent à la perception d’employeur attentionné que le propriétaire exploitant a de lui-même. Ce dernier interprète alors l’incident comme un accident imprévisible dont il n’est pas responsable – plutôt que comme un accident évitable lié à la sécurité au travail.

Principaux points saillants

Par conséquent, la clé pour améliorer la santé et la sécurité au travail dans les petites entreprises peut consister à aider les propriétaires exploitants à réévaluer consciemment leur image de soi. Plutôt que de mettre l’accent sur leurs connaissances en matière de législation sur la sécurité ou sur leurs compétences en matière de gestion des risques, ils devraient également réfléchir à leur rôle en matière de sécurité au travail.

*Les pourcentages peuvent être différents de 100 car les chiffres ont été arrondis.

Résumé par Lisa Richmond et l’équipe du REDD.

Peter Hasle et al. 2011. The Working Environment in Small Firms: Responses from Owner-Managers. International Small Business Journal. 306-6: 622–39.