Rémunérer la performance environnementale des cadres crée des avantages non financiers pour les entreprises

Rémunérer la performance environnementale des cadres crée des avantages non financiers pour les entreprises

Découvrir la relation positive entre rémunération des cadres et performance environnementale des industries
Pam Laughland July 29, 2011
Les entreprises peuvent soutenir les initiatives en matière d'environnement et créer des avantages sociaux en établissant un lien entre la rémunération des cadres et la performance environnementale. Cette étude examinait la rémunération et la performance environnementale d'industries très polluantes aux États-Unis entre 1997 et 2003. Les auteurs ont déterminé que la performance environnementale et la rémunération des présidents et chefs de la direction présentaient un lien positif et que les mesures de prévention de la pollution étaient davantage appréciées que les mesures de contrôle de la pollution. 

Contexte

Les entreprises réagissent souvent aux pressions du gouvernement, des médias et d'autres groupes par le recours à des stratégies de promotion du rendement environnemental. Un rendement environnemental solide peut renforcer la légitimité de l'entreprise aux yeux de ses parties prenantes. En retour, cela peut améliorer sa réputation et les relations avec ces dernières, réduire sa responsabilité, et leur permettre de tirer parti de nouvelles occasions « vertes ». Cependant, certaines études ont constaté que les entreprises utilisent la rémunération pour punir les cadres qui entreprennent des activités environnementales. La présente étude examine la relation entre la rémunération des présidents et chefs de la direction et la performance environnementale.

Faits saillants et conclusions

Implications pour les gestionnaires

Récompenser la performance environnementale des gestionnaires peut les motiver à entreprendre des initiatives environnementales, ce qui peut s'avérer rentable grâce aux différentes retombées présentées ci-dessus. Cependant, tenir le président et chef de la direction responsable de la performance environnementale peut être plus facilement atteint par le biais de mécanismes tels que les vérifications externes (si les comités environnementaux sont symboliques). De plus, les stratégies de prévention entraînent des retombées supérieures pour les entreprises que les stratégies de contrôle de la pollution, même si elles sont plus risquées et plus intensives à mettre en ouvre.

Implications pour les chercheurs

Cette recherche réunit les théories institutionnelles et du mandat au niveau de la rémunération des cadres supérieurs, qui s'explique normalement en termes de performance financière. Même si elle renforce la conclusion selon laquelle les stratégies de prévention sont davantage appréciées que les stratégies « en aval », ces résultats ne sont pas nécessairement vrais pour les industries moins polluantes. D'autres limites à cette recherche peuvent être citées ; l'étude porte seulement sur de grandes entreprises, n'utilisent que des données américaines et en s'appuient que sur certaines mesures de performance environnementale. Les travaux futurs devraient également analyser simultanément la relation bidirectionnelle entre la rémunération et la performance.

Méthodologie

Les auteurs ont examiné des entreprises provenant d'industries tenues de présenter un rapport en vertu du programme d'inventaire des rejets de produits toxiques (Toxic Release Inventory Program) de l'EPA (Environmental Protection Agency). Des données ont été recueillies de 1997 à 2003 sur le salaire et le mandat du président et chef de la direction ainsi que sur la dualité des fonctions (lorsque le président et chef de la direction est également président du conseil d'administration) dans 823 entreprises à partir de la base de données ExecuComp de Standard & Poor's. Les données sur la gouvernance ont été obtenues auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission). L'article contient une discussion sur la façon dont les mesures de prévention et de contrôle de la pollution ont été opérationnalisées. Les auteurs ont effectué les estimations à l'aide d'un modèle à effet fixe avec correction de White après avoir pris en compte plusieurs facteurs, y compris la taille de l'entreprise et la performance.
Berrone, Pascual, & Gomez-Mejia, Luis. (2009). Environmental performance and executive compensation: An integrated agency-institutional perspective. Academy of Management Journal, 52(1): 103-126. 

Ressources Additionnelles

Perspective de recherche

Découvrez les méthodes de prévention pour réduire l'impact sur l'environnement Les entreprises manufacturières peuvent utiliser deux approches pour réduire...

Pam Laughland
Perspective de recherche

Mieux comprendre l'influence des parties prenantes sur les politiques environnementales Les parties prenantes d’une communauté exercent un contrôle...

Lauren Rakowski
Article

L'impact de la concurrence au sein d'une industrie sur la performance environnementale Les pressions des clients, des actionnaires, des gouvernements et du...

REDD