Résultats et leçons apprises dun partenariat de développement durable : Greenpeace et l'industrie européenne du PVCun partenariat de développement durable : Greenpeace et lindustrie européenne du PVCindustrie européenne du PVC

Résultats et leçons apprises d'un partenariat de développement durable : Greenpeace et l'industrie européenne du PVC

Exemple d'un partenariat positif de développement durable 
REDD July 28, 2014

Les efforts de collaboration de Greenpeace et de l'industrie européenne du PVC pour améliorer la durabilité de l'industrie

En 1996, Greenpeace a entrepris une campagne contre le polychlorure de vinyle (PVC) au Royaume-Uni qui demandait aux consommateurs de boycotter les produits dont les emballages contenaient du PVC en raison des allégations de risque pour l’environnement et la santé. Les détaillants britanniques, inquiets que les consommateurs exigent des produits sans PVC, ont décidé de passer à l’action. Ils ont demandé une évaluation scientifique et constitué un groupe de travail composé de détaillants en PVC.

Dans un premier temps, les deux fabricants de PVC britanniques ont essayé de contrer les efforts de Greenpeace à l’aide d’une campagne de relations publiques, mais les détaillants demandaient plus d’actions.

Selon le rapport scientifique qu’ils avaient commandé, les normes de fabrication des PVC laissaient place à l’amélioration et les détaillants devaient collaborer avec l’industrie à cet effet. En réponse aux exigences de Greenpeace, le groupe de travail des détaillants a désigné un nouveau président, l’environnementaliste britannique Sir Jonathon Porritt, qui a également insisté pour que la performance des fabricants de PVC en matière de développement durable fasse l’objet d’une « analyse des lacunes ».

L’ONG internationale The Natural Step a effectué cette analyse et défini les principales actions nécessaires pour produire des PVC durables : réduction des émissions d’énergie, recyclage, élimination des additifs toxiques et des sous-produits et engagement de l’industrie à l’égard de la transformation.

Le plus grand fabricant britannique de PVC, Hydro Polymers, a donné suite à l’ensemble des recommandations de The Natural Step (p. ex. réduire les émissions de CO2 de 12,5 % en trois ans). Les autres fabricants de PVC européens ont concentré leurs efforts sur un processus parallèle, soit un engagement volontaire à l’échelle de l’Europe connu sous le nom de Vinyl 2010, mais les deux initiatives n’ont pas tardé à fusionner.

Lorsqu’INEOS, le grand fabricant de PVC en Europe, a effectué l’acquisition d’Hydro Polymers en 2007, la société s’est assurée que le nouveau programme d’engagement volontaire de l’industrie européenne du PVC, « VinylPlus », intègre explicitement le cadre de The Natural Step. Les organismes de réglementation, les utilisateurs et d’autres parties prenantes ont également contribué à donner forme au programme VinylPlus, lancé en 2011.

Les rapports annuels VinylPlus, qui font l’objet d’une vérification indépendante, rendent compte de succès incontestables. Par exemple, en 2013, l’industrie européenne du PVC a recyclé 362 000 tonnes de PVC postconsommation et réduit les composés de plomb de 76 % (depuis 2007). Une nouvelle étiquette VinylPlus permet de distinguer ces produits.

Les dirigeants de VinylPlus se tournent de plus en plus vers la scène internationale et participent notamment à des initiatives des Nations Unies (p. ex. la plateforme de l’industrie verte). L’exemple européen doit être repris ailleurs, affirme Jason Leadbitter d’INEOS, plus particulièrement aux États-Unis, où le débat sur les PVC demeure intransigeant.

Résultats

Les fabricants européens de PVC ont changé presque tous les aspects de leurs activités. Par exemple, en 2012, la consommation de stabilisants au plomb avait diminué de 76 % par rapport à 2007. Les technologies novatrices permettent à présent de recycler des déchets difficiles à traiter. L’industrie européenne du PVC partage également ses pratiques exemplaires avec les associations régionales de PVC.

Leçons apprises

Les partenariats peuvent commencer par un conflit. « Greenpeace nous talonnait et nous a forcé la main pour conclure un partenariat, explique Jason Leadbitter, représentant de l’industrie. Mais au bout du compte, Greenpeace nous a beaucoup aidés. »

Une vision d’ensemble permet de réunir des objectifs communs. Selon M. Leadbitter, tel est le rôle qu’a joué le cadre de The Natural Step. Ce cadre nous a permis de nous poser la question suivante : « Que faut-il faire pour fabriquer des PVC durables? » Le fait de se concentrer sur cette question a permis aux partenaires d’élaborer un plan.

Leadbitter, J. Novembre 2013. Communication personnelle. Leadbitter, J. 2002. PVC and sustainability. Progress in Polymer Science, 27 (10), 2197-2226. Vinylplus. 2013. Rapport d’activités 2013. Disponible à l’adresse http://www.vinylplus.eu/publications/70/59/Progress-Report-2013. Smith, N.C. et Brennan, J. 2008. Norsk Hydro ASA: Sustainable PVC at Hydro Polymers? INSEAD-EABIS.

 ressources additionnelles

Fiches pratiques

Présentation des principaux aspects du Plan de développement durable de la collectivité montréalaise Un nombre croissant d’organisations font appel aux...

REDD
Rapport exécutif

Connaître l’intérêt des partenariats et comment les mettre en œuvre pour créer une démarche de développement durable Collaborer : Pourquoi, Comment ? Dans...

REDD
Fiches pratiques

Exemple d'un partenariat positif de développement durable L’exemple de l’étiquetage écologique chez Loblaws Le détaillant canadien Loblaws a commencé à...

REDD