Tirez parti de votre rapport sur les Principes des Nations Unies pour un enseignement de la gestion responsable (PRME)

Tirez parti de votre rapport sur les Principes des Nations Unies pour un enseignement de la gestion responsable (PRME)

Comprendre les Principes des Nations Unies pour un enseignement de la gestion responsable afin d'intégrer le développement durable dans le cursus éducatif
REDD October 30, 2014
Chaque mois le REDD souligne les réussites des activités de développement durable de notre Communauté des centres de développement durable dans une optique de partage et de conseil pour ceux qui cherchent à mettre en œuvre une activité similaire.


Les Principes des Nations unies pour un enseignement de la gestion responsable (PRME) sont six principes destinés aux établissements d'enseignement de la gestion, leur proposant d’intégrer le développement durable dans le cursus éducatif. La présente stratégie de la Commission européenne sur la responsabilité sociale des entreprises encourage d’ailleurs « les établissements d’enseignement à intégrer la RSE, le développement durable et la citoyenneté responsable dans les programmes appropriés» et fait état de son appui pour que les écoles de commerce européennes adhèrent aux PRME.

Les institutions signataires des PRME doivent divulguer au moins une fois tous les 24 mois les progrès réalisés pour mettre en œuvre les principes du développement durable. C’est ce que vient de terminer de faire l’équipe de Christina Meinberg, directrice adjointe du Center for Responsible Business à la Haas School of Business de l'Université Berkeley de Californie.

Si vous êtes intéressés à adhérer au PRME ou devez produire votre premier rapport de progrès sous peu mais êtes intimidés par ce que comporte cet engagement, Meinberg répond :  «ne le soyez pas». Groupes de travail, guides et autres ressources thématiques existent pour vous soutenir dans votre démarche.

De plus, vous pouvez tirer parti de l'exercice comme en témoigne l'expérience de production du premier rapport PRME à la Haas School of Business en juin dernier. Christina Meinberg en parle comme d’un exercice formateur, ayant révélé la grande diversité des mesures de développement durable présentes à l’école et de leur impact social. «Le rapport a vraiment été l'occasion de découvrir et de faire émerger les différentes voix et activités à travers l'école», dit Meinberg.

Nous avons profité de l’occasion pour demander à Mme Meinberg de partager des conseils pouvant aider les (futurs) signataires à élaborer un rapport inaugural éclairant. 

Débuter

Mieux vaut commencer à recueillir des données dès que vous adhérez au PRME. Plus tôt vous commencerez, plus vous économiserez de l'énergie, précieuse lors des étapes finales de la production du rapport.

Par ailleurs, il est important de cultiver des attentes réalistes par rapport à ce premier exercice. Ainsi, rappelez-vous que le premier rapport est typiquement un rapport diagnostic comprenant  l'évaluation des activités actuelles,  l’établissement des objectifs que vous poursuivrez  à l’avenir ainsi que de leurs indicateurs de performance.

Une autre activité préparatoire utile est de penser à la structure de l'équipe. Haas divise la participation selon leur degré et la nature de leur implication: Enfin, définissez clairement vos objectifs pour ce rapport ainsi que le processus que vous utiliserez. Berkeley Haas a formulé trois principes directeurs pour façonner son processus concernant les rapports de PRME:

La collecte d’information

Les entrevues avec les professeurs et membres du personnel  ont généré le contenu du rapport PRME. Pour que ceux-ci s’expriment librement et sans biais, la formulation consciencieuse des questions au préalable a été une étape essentielle.

«Les meilleurs entretiens étaient ceux où nous étions principalement à l’écoute» nous indique Mme Meinberg. « Les interviewers n’étaient pas là pour débattre de la façon dont les mesures de responsabilité sont déployées ou du vocabulaire utilisé pour y référer. Notre objectif était d'avoir une idée globale de la façon dont nous considérons collectivement le développement durable et la façon dont nous pouvons continuer à améliorer ce que nous faisons ».

Décider du contenu

«Ce fut l'une des parties les plus difficiles dans l’écriture du rapport puisque que les lignes directrices de la PRME des Nations Unies sont très générales» dit Mme Meinberg. L'équipe a ainsi décidé qu'il serait plus opportun de rapporter uniquement ce qui se fait dans le cadre du programme de MBA à temps plein. Ainsi, la décision d'inclure peut dépendre du calendrier et des objectifs pré-déterminés du rapport. 

Diffuser et promouvoir le rapport

Une fois votre rapport terminé, saisissez l’opportunité pour le diffuser et le promouvoir. Ayez en tête que de nombreux groupes pourraient être intéressés par son contenu. Vous pourriez penser à le distribuer aux:

Tout est question d’attitude

Mme Meinberg invite également tous les acteurs impliqués dans la reddition de compte à considérer les avantages de cet exercice plus largement. « La reddition de compte peut servir à rassembler les idéaux et les aspirations et entraîner la responsabilité pour les mener de front. Au mieux, l’exercice peut aussi amener les différents centres et instituts à travers l’université et inter-universitaires à collaborer et inspirer la formation d’une communauté ». 

Plus d'information

Consultez le rapport de la Berkeley-Haas School of Business (en anglais). Pour plus d'informations sur le Centre for Responsible Business, contactez Christina Meinberg ou visitez le http://responsiblebusiness.haas.berkeley.edu.