Partenariats avec les ONG : les 4 clés du succès

Partenariats avec les ONG : les 4 clés du succès

Comment les entreprises peuvent-elles travailler de façon rentable avec les organisations non gouvernementales
Jonathan Doh July 23, 2012
Chaque mois, le REDD met en lumière un défi clé pour les dirigeants d'entreprises en matière de développement durable. Ces défis ont été identifiés par le Conseil des Leaders du REDD, un groupe d'entreprises canadiennes reconnues pour leur leadership en matière de développement durable. Ce mois-ci, Jonathan Doh, un expert mondial sur les alliances corporatives et à but non lucratif, fournit des conseils sur la façon dont les entreprises peuvent travailler de façon rentable avec les organisations non gouvernementales (ONG).

Les partenariats avec les ONG peuvent aider les entreprises à améliorer leur rendement social et environnemental et à trouver de nouveaux débouchés sur le marché. Les ONG et les entreprises ont des connaissances, une expertise et des capacités différentes et parfois complémentaires; ensemble, les ONG et les entreprises peuvent souvent accomplir davantage qu’elles ne le pourraient seules. Mais des malentendus et d’autres obstacles peuvent empêcher les partenariats d’atteindre leur plein potentiel. Nous vous présentons ici certaines leçons essentielles pour les entreprises qui souhaitent travailler avec des ONG, illustrées à l’aide d’un exemple de partenariat entre Swiss Re et Oxfam. 

Swiss Re et Oxfam : atteindre des résultats

Swiss Re, compagnie d’assurances mondiale, a été approchée en 2007 par l’ONG de développement international Oxfam. Oxfam souhaitait procurer aux agriculteurs éthiopiens une assurance qui couvrirait leurs récoltes contre les risques liés aux changements climatiques. À l’époque, ce type d’assurance n’existait pas et Swiss Re possédait l’expertise nécessaire pour le concevoir. Swiss Re percevait également les avantages potentiels d’une telle collaboration. Swiss Re avait essentiellement acquis de l’expérience dans les pays riches, mais l’entreprise était intéressée à élargir son marché dans les pays en développement et s’était fortement engagée à lutter contre les changements climatiques. Swiss Re appréciait qu’Oxfam soit présente depuis longtemps en Éthiopie et comprenne bien l’environnement et la culture de ce pays.

Le partenariat a dû surmonter une résistance interne dans les deux entreprises. Ce type de projet était entièrement nouveau et il était inhabituel de travailler avec un organisme ou une entreprise issus d’un autre secteur. Le chef de projet à Oxfam se souvient : « Plusieurs collègues influents et puissants s’interrogeaient, avec une hostilité déclarée, sur les motifs réels de Swiss Re ». Mais le projet a pu aller de l’avant grâce à un leadership solide. Chez Oxfam, le promoteur du projet était respecté des autres employés et le projet bénéficiait de l’appui de la haute direction. Chez Swiss Re, le projet était soutenu par des promoteurs solides issus d’unités opérationnelles ainsi que philanthropiques, et il était clairement lié à la stratégie de l’entreprise. Les deux entités ont commencé à travailler sur un projet pilote dans un village en Éthiopie. Elles ont graduellement gagné confiance l’une dans l’autre ainsi que dans leur façon d’aborder le problème, et elles ont continué d’explorer des façons pour que la collaboration réponde au mieux aux besoins des deux organismes. Une discussion tenue en 2010 entre les dirigeants d’Oxfam et de Swiss Re sur les liens du projet avec la sécurité alimentaire, qui constituait une autre question prioritaire pour Swiss Re, a marqué « le moment où la lumière a jailli » et où les possibilités d’expansion sont devenues claires. Cinq ans après le début de leur collaboration, Swiss Re et Oxfam continuent de travailler ensemble sur des projets en Éthiopie et dans trois autres pays d’Afrique occidentale. 

Principales leçons pour une collaboration fructueuse

L’histoire de la collaboration entre Swiss Re et Oxfam met en évidence plusieurs enjeux déterminants qui influencent la réussite ou l’échec de la collaboration. Ces thèmes sont ressortis de nombreuses études de partenariats entre des entreprises et des ONG, y compris des enquêtes à grande échelle, des études de cas et des entrevues individuelles. Ces enjeux sont importants, que votre entreprise travaille sur un projet national ou international. 

Jonathan Doh est le directeur fondateur du Center for Global Leadership, et professeur de gestion et opérations à la Villanova School of Business. Il enseigne, mène des recherches et agit à titre de consultant et conférencier exécutif sur la stratégie globale, la responsabilité sociale et le développement durable. Son plus récent livre est intitulé NGOs and Corporations: Conflict and Collaboration (avec Michael Yaziji, Cambridge University Press).

Plus de ressources sur la collaboration avec les ONG
Guides et rapports

Afin de relever les défis que posent le marketing responsable, des PME partagent leurs astuces pour se tailler une part du marché des produits et services...

Marie-France Turcotte
REDD
Fiches pratiques

Connaître les différentes types de partenariats existants et leurs particularités Vous êtes désormais convaincus de l'importance d'établir des partenariats...

REDD
unsplash-logorawpixel