Intégrer le développement durable dans ses opérations et sa stratégie d’affaires

Intégrer le développement durable dans ses opérations et sa stratégie d’affaires

Quels sont les outils pour intégrer le développement durable dans la stratégie d'affaires d'une entreprise
Lauren Turner February 13, 2012
L’application du développement durable à la réalité de l’entreprise peut souvent s’avérer complexe et floue. Cela est d’autant plus vrai au sein des PME qui manquent souvent de ressources humaines et financières, de temps, mais aussi d’expertise à consacrer au développement durable. Intégrer le développement durable dans les opérations quotidiennes et la stratégie d’affaires d’une entreprise requiert des outils pratiques et concrets. Trois contributions essentielles sur la manière d’intégrer le développement durable en entreprise sont ressorties du colloque du REDD : le processus d’écoconception, le développement d’un système de gestion, et la communication du développement durable. 

Écoconcevoir

L’écoconception consiste en un processus d’innovation durable dont l’objectif est de concevoir un produit innovateur tout en réduisant ses impacts environnementaux ou sociaux à chaque étape de son cycle de vie. L’écoconception permet ainsi d’intégrer le développement durable à toutes les étapes de la conception du produit. Se lancer dans une démarche d’écoconception est non seulement un moyen concret pour intégrer le développement durable dans les opérations de l’entreprise, mais la recherche démontre qu’elle est aussi source d’innovation et de rentabilité accrue pour les entreprises.

L’écoconception a une influence positive sur l’ensemble de l’entreprise, à l’interne comme à l’externe. À l’interne, le processus d’écoconception est source de créativité puisqu’il permet d’envisager une nouvelle manière de développer les produits. Pour cela l’équipe de développement de produits inclut des critères tels que la réduction de la quantité de matériaux, la diminution du nombre de composants, l’utilisation de matériaux écologiques (bois certifié FSC, produits de finition et colles à base d’eau, etc.) dans la démarche de conception et de développement du produit ou du service. De plus, la démarche est source de motivation, d’engagement et de fierté des employés vis-à-vis de l’entreprise. À l’externe, l’influence de l’écoconception se traduit principalement par une meilleure relation avec les clients, les acheteurs et les parties prenantes ainsi qu’une amélioration de la notoriété et de l’image de l’entreprise sur le long terme. Finalement, l’écoconception semble aussi être un levier de croissance attrayant pour les PME parce qu’elle permet de mieux anticiper les besoins de leurs clients, mais aussi parce qu’elle apporte une meilleure créativité de l’entreprise.

Gérer le développement durable

L’intégration du développement durable en entreprise peut aussi se traduire par la mise en place d’un système de gestion du développement durable. Un système de gestion efficace comprend les 7 étapes suivantes : l’engagement, le diagnostic, la planification, la mise en œuvre, l’évaluation, la reddition de comptes, et la réévaluation. Utiliser un système de gestion permet une intégration des processus et politiques de développement durable à la culture et à la structure organisationnelle de l’entreprise. Pour les entreprises qui souhaitent entreprendre une démarche encadrée de certification, la norme ISO 14001 permet la mise en place d’un système de gestion environnementale tout en leur assurant un processus d’amélioration continue une fois la certification obtenue. Cependant, la clé de la réussite d’un système de gestion de développement durable selon Olivier Riffon est l’adoption d’une approche participative (remue-méninges, forum ouvert, etc.), car elle permet de mobiliser les employés dans l’ensemble de la démarche. Ceux-ci deviennent de véritables acteurs de changement s’ils sont mobilisés adéquatement et que les nouvelles orientations de l’entreprise sont en adéquation avec leurs valeurs et attentes de sorte à réduire la résistance au changement organisationnel.

Outils de mesure et indicateurs de performance pour les PME

La mise en place du développement durable dans les PME et dans les organisations en général requiert des outils de mesure et des indicateurs de performance. Ceux-ci permettent un suivi concret des impacts qu’ont les actions et efforts consacrés au quotidien pour son implantation dans les opérations et la stratégie d’affaires de l’entreprise. Que cela passe par l’utilisation d’indicateurs de performance en matière de développement durable existants ou par la création d’outils de mesure, de nombreux chercheurs présents au colloque ont fourni des contributions pratiques intéressantes permettant d’intégrer concrètement le développement durable dans les PME.

Il est principalement ressorti l’importance pour les PME d’élaborer un tableau de bord qui leur soit propre et dans lequel les divers indicateurs de performance adoptés tels que le Global Reporting Initiative (GRI), le PSI (Pacific Sustainability Index (PSI) ou encore le Dow Jones Sustainability Index (DJSI) peuvent être réunis. Les indicateurs de performance en matière de développement doivent cependant être liés au cœur de métier (« core business ») de l’entreprise afin de bâtir des mécanismes de gestion de la performance qui soient adaptés à la réalité de l’entreprise.

Robert Cole a fourni une méthodologie intéressante pour l’élaboration de ce tableau de bord de performance en 5 étapes simples :

1. Évaluation des enjeux et priorités en matière de développement durable vis-à-vis des dimensions clés de l’entreprise telles que les clients, les règlementations, l’investissement dans la communauté, les parties prenantes, la chaîne d’approvisionnement, etc.

2. Identification des impacts de l’entreprise vis-à-vis des dimensions environnementales et sociales d’importance telle que l’air, les changements climatiques, l’eau, la biodiversité, l’utilisation des ressources naturelles, les communautés, etc.

3. Évaluation des coûts (coûts fixes et coûts récupérables), bénéfices (vis-à-vis du cœur de métier de l’entreprise et des enjeux clés du développement durable) et identification des priorités.

4. Développement d’indicateurs de performance pour les enjeux de développement durable identifiés comme prioritaires en collaboration avec les parties prenantes internes et externes de l’entreprise.

5. Élaboration d’un tableau de bord pour le développement durable et d’une base de données incluant un protocole de collecte de données. En suivant ces 5 étapes, les PME peuvent ainsi évaluer leur performance en matière de développement durable tout en restant en adéquation avec leur cœur de métier.

Communiquer!

Afin de bénéficier pleinement des opportunités liées à un engagement concret en matière de développement durable, les PME ont tout intérêt à communiquer leurs réalisations efficacement auprès de leurs différentes parties prenantes. Une communication bien ciblée de la part d’une PME sur ses actions en matière de développement durable peut contribuer à améliorer l’image de l’organisation ce qui lui amènera une réputation favorable auprès de ses parties prenantes. Cette communication-marketing de ses actions en développement durable donne une identité distincte à la PME engagée envers le développement durable dans son environnement concurrentiel et peut contribuer à justifier la légitimité de l’entreprise auprès de ses clients et de la communauté et ainsi assurer sa survie à long terme grâce à une image attrayante. Toutefois, certaines entreprises trouvent qu'il est difficile de transmettre leur engagement sincère envers le développement durable sans être perçu comme une campagne de marketing. Certaines études ont souligné que des campagnes de marketing basées sur le développement durable peuvent être perçues négativement par le public comme des moyens de tirer profit des problèmes environnementaux à des fins commerciales. L’une des avenues privilégiées afin d’éviter cette situation est d’engager un dialogue continu avec ses différentes parties prenantes; cela améliore la prise de conscience des attentes mutuelles et permet de renforcer ces relations.

La communication du développement durable dans les PME peut se décliner en plusieurs étapes :
 

L’écoconception, les outils de mesure, les indicateurs de performance ou encore l’importance de communiquer son engagement permettent une meilleure implantation du développement durable dans les PME. Cependant, il est important de souligner qu’intégrer le développement durable dans son organisation est un véritable processus de changement organisationnel puisqu’il nécessite à la fois une conviction des dirigeants, l’utilisation d’un langage commun, l’établissement de priorités claires, une intégration à tous les niveaux, une collecte de résultats tangibles et l’application d’une démarche participative.

Sources

Pour plus d’information ou pour consulter les sources de ces informations, vous pouvez consulter les diaporamas des présentations du « Thème 5 : Intégrer le développement durable dans ses opérations et sa stratégie d'affaires. ». Ainsi que les articles suivants, disponibles dans les Actes de la conférence :

«Les retombées intangibles de l’éco-conception pour l’entreprise», Berneman, Corinne; Lanoie, Paul; Plouffe, Sylvain; Pilaeva, Kristina

«Éconception et PME : surgénéralisation, mythes et réalités», Trepanier, Michel; Gosselin, Pierre-Marc

«Communicating Corporate Sustainability in the Developing Countries SMEs», Ibrahim, Shahnaz; Karatas-Ozkan, Mine

Résumé par

Céline Fiorucci, Coordonnatrice du Bureau francophone du REDD.