Mieux gérer ses risques et saisir des opportunités grâce au développement durable

Mieux gérer ses risques et saisir des opportunités grâce au développement durable

Comprendre les risques et les opportunités engendrés par le développement durable pour les PME
REDD February 13, 2012
Le développement durable est un moyen efficace pour gérer certains risques qui affecteront de plus en plus les PME. Deux risques en émergence rapide ont été abordés lors du colloque du REDD, soit les pressions exercées par les grandes entreprises sur leurs fournisseurs et sous-traitants et les changements induits sur les marchés par les mesures d’atténuation des changements climatiques. D’autre part, le développement durable permet également de saisir de nouvelles opportunités via par exemple la collaboration avec des fonds d’investissements responsables et la communication des initiatives de développement durable. Voici donc un résumé, somme toute très sommaire, des propos véhiculés par des chercheurs, des experts en développement durable ainsi que des entrepreneurs convaincus des opportunités et des bénéfices d’une gestion d’entreprise incorporant les éléments fondamentaux du développement durable.

S’intégrer à des chaînes d’approvisionnement durable

Dans le contexte actuel, les organisations sont désormais incitées (voire contraintes) à intégrer les principes du développement durable dans leur stratégie. Ce constat s’impose aux grandes entreprises, mais également de plus en plus aux PME, notamment en raison de leur rôle de sous-traitants et de fournisseurs. En effet, dans le contexte d’une chaîne d’approvisionnement de plus en plus intégrée, les grandes entreprises font pression de manière croissante sur leurs fournisseurs et sous-traitants pour accroître leur bilan global et diminuer l’empreinte écologique de leurs produits, de sorte que la relation entreprise – fournisseurs/sous-traitant devient un levier potentiel du développement durable dans les PME.

Les grandes entreprises exercent ces pressions via des outils tels que les chartes, les codes de conduites et les clauses contractuelles en rapport avec le développement durable pour indiquer à leurs fournisseurs les règles auxquelles ils doivent se conformer. Ces outils sont généralement accompagnés de méthodes de sensibilisation et de formations ponctuelles et pratiques pour renforcer les compétences des fournisseurs et sous-traitants. Les PME qui s’engagent de façon explicite et proactive dans le développement durable pourraient donc bénéficier d’un avantage concurrentiel important dans l’obtention de contrats de fournisseurs ou de sous-traitants auprès de grandes entreprises.

Anticiper l’impact des mesures d’atténuation des changements climatiques

Plusieurs risques sont liés aux changements climatiques. Un des risques les plus évidents est celui d’une augmentation marquée du prix des carburants envisageable à moyen et long terme. Les PME qui mettent en œuvre des mesures en matière d’efficacité énergétique sont donc moins vulnérables à ces fluctuations, présentes et futures, et peuvent réaliser des économies importantes sur leurs coûts en énergie, ce qui constitue un avantage concurrentiel non négligeable.

De plus, les gouvernements prévoient d’imposer des règlementations de plus en plus contraignantes qui devraient rapidement se répercuter sur les PME également, tels que des taxes sur les émissions de gaz à effet de serre (GES) ou l’imposition de quotas d’émissions. Pour les PME qui intègrent déjà des mesures d’efficacité énergétique ou de réduction de l’empreinte carbone de leurs produits via l’analyse du cycle de vie, cela pourrait se traduire par des coûts d’opération moindres. Et pour les entreprises pionnières, cela pourrait également donner lieu à des revenus supplémentaires provenant de la vente de droits d’émissions à des entreprises plus polluantes. En effet, dès 2013, le gouvernement du Québec permettra aux PME de participer à la bourse du carbone récemment instaurée.

Se protéger de conjonctures économiques défavorables grâce aux fonds d’investissement responsables

Les PME qui se distinguent par l’intégration du développement durable dans leurs stratégies d’affaires bénéficient également d’opportunités en matière de financement de la part des fonds d’investissements responsables (FIR). L’investissement socialement responsable (ISR) est une pratique qui consiste à considérer des critères de rendement sociaux, environnementaux et financiers dans le processus de sélection et de gestion d’un portefeuille d’investissements. Les (FIR), qui adoptent des pratiques d’ISR, sont en forte croissance depuis une dizaine d’années. À titre d’exemple, aux États-Unis, le marché de l’ISR a crû de près de 325 % entre 1995 et 2007. Au Canada, les FIR représentent une grande part de l’économie avec des actifs évalués à plus de 606,21 milliards de dollars. Ce type de financement est particulièrement intéressant pour les entrepreneurs qui ont certaines réserves à s’engager avec des partenaires financiers traditionnels de crainte de perdre l’autonomie qu’ils recherchent comme entrepreneur. La principale différence avec les sources traditionnelles de financement se situe au niveau du partage de valeurs communes. Le fonds offre des solutions adaptées aux besoins de financement des PME québécoises qui auront passé avec succès sa grille de sélection (productivité, rentabilité, développement durable, etc.) parce que les FIR offrent un accès à des « capitaux patients » ce qui se traduit par un investissement de longue durée au sein de l’entreprise bénéficiaire. Ce type de financement réduit la vulnérabilité de l’organisation face aux pressions des marchés financiers et des fluctuations conjoncturelles. Entre les FIR et les PME, se tissent des liens où les objectifs d’amélioration des dimensions économiques, sociales et environnementales sont partagés et c’est ce qui fait le succès de ce type de collaboration.

S’appuyer sur l’innovation durable

Dans un contexte où l’innovation joue un rôle primordial pour faire face à la concurrence, les PME, contrairement à la perception générale, détiennent une position enviable pour tirer leur épingle du jeu lorsqu’elles s’appuient sur l’innovation durable. D’une part, les caractéristiques des PME en termes de proximité avec le milieu, de flexibilité organisationnelle et de capacité à intégrer des réseaux sont des atouts naturels pour produire des innovations. D’autre part, la poursuite d’objectif de durabilité amène les PME à interagir et collaborer avec des acteurs aux intérêts économiques, sociaux et environnementaux différents. Ce faisant, ces PME se lancent dans un processus social et interactif de recherche de compromis permettant de passer de perspectives différentes à des perspectives partagées. Ce type de collaboration stimule l’innovation, encourage la diffusion rapide des technologies vertes et permet de générer des innovations durables dans les PME.

En conclusion, l’intégration des principes fondamentaux du développement durable dans les stratégies d’affaires des PME procure un double bénéfice aux PME qui s’engagent dans cette voie. Tout d’abord, une attitude proactive en matière de développement durable permet de diminuer ses risques d’affaires (pressions exercées par les grandes entreprises sur leurs fournisseurs et sous-traitants, mesures réglementaires d’atténuation des changements climatiques, hausse du prix des carburants et mauvaise image corporative). De plus, de nombreuses opportunités intéressantes s’offrent aux PME engagées envers le développement durable (différenciation face aux concurrents directs, valorisation de l’image de marque, légitimité accrue, accès à de nouvelles sources de financement, renforcement des relations avec ses parties prenantes et valeur ajoutée aux produits). Le développement durable est perçu par certains comme une contrainte. Pour les PME visionnaires, le développement durable constitue un monde inexploré d’opportunités et une façon efficace de mieux gérer ses risques d’affaires tout en contribuant au bien-être de l’environnement et de la société. 

Sources

Pour plus d’information ou pour consulter les sources de ces informations, vous pouvez consulter les diaporamas des présentations du «Thème 3 : Gérer ses risques, créer des opportunités grâce au développement durable».

Ainsi que les articles suivants, disponibles dans les Actes de la conférence :

«Les mécanismes de gouvernance dans le contexte de fonds d’investissements responsables (FIR) et de PME : 5 cas de PME québécoises financées par un FIR», Labelle, François; Koyo, Yves-Cédric

«Processus d’innovation durable en contexte PME : Le dirigeant comme traducteur-mobilisateur», Aka K, Georges; Labelle, François

«Pursuing sustainability through cleaner production innovations: micro and small enterprises in developing countries», Yap, Nonita T.

Résumé par

Jean-Luc Dubé, stagiaire en communications 

 ressources additionnelles

Sujet du REDD

Le rôle des dirigeants des PME est essentiel pour permettre une démarche vers la RSE L’engagement dans la RSE d’une PME reste souvent justifié par les...

Sandrine Berger-Douce
Article

Les PME capables de relever le défi des nouvelles pratiques d'écoconception Selon Industrie Canada, les pratiques d’écoconception sont encore rares dans les...

REDD
Article

Étude sur les programmes environnementaux simplifiés mis en œuvre par les petites entreprises Certaines petites et moyennes entreprises (PME) adhérent au...

REDD